AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 MÂLES (9/11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marie-Jeanne

modo ✶ everybody wants to be a macho macho man

modo ✶ everybody wants to be a macho macho man
avatar


Messages : 172
Date d'inscription : 02/12/2012
Âge : 26


Statut
Nom: Marie-Jeanne Deschenes
Âge: 71 ans.
Inventaire:

MessageSujet: MÂLES (9/11)   Ven 15 Mar 2013 - 20:31
53v3n ✶ PRIS

Arthur Goldsmith, 19 ans, ANGLAIS; 1m76, coupe au bol gris platine, yeux verts;
Narukami Yu – Persona 4 ;


53v3n – plus communément appelé Seven – est un petit génie informatique passionné d’ordinateurs et de jeux vidéo depuis que celui-ci fut en âge de tenir une souris. Très taciturne il a toujours évité le contact humain, préférant largement se consacrer à ses programmes informatiques et à ses jeux, attitude qu’il conserve dans Alias, prenant de haut tous les autres vulgaires n00bs qui croiseraient sa route, ou les ignorant tout simplement selon ses humeurs ; hors de question de se laisser ralentir dans sa progression par de tels amateurs. Il lui arrive cependant de faire une exception pour son frère Eight, l’un des rares ayant réussi à percer sa carapace, lorsqu’il le croise, chose qu’il regrette d’ailleurs bien vite en se souvenant de la véritable pipelette qu’est celui-ci.

Etant capable de s’exprimer couramment en leet speak et en language binaire, le jeune homme est doté d’une curiosité insatiable concernant tout ce qui touche le monde de la programmation : ainsi Alias représente pour lui une sorte de Graal technologique, où il souhaite s’aventurer le plus loin possible afin d’en découvrir les mystères et le fonctionnement. Cependant derrière cette apparence très froide se cache un jeune homme sensible, un peu effrayé par un monde extérieur qu’il ne connait que trop peu, et qui préfère se réfugier derrière un écran et ses avalanches de chiffres et de symboles. Celui-ci, à sa grande honte, est de plus un grand fan de disco’ –d’où sa coupe à l’allure retro, et a déjà été surpris à son insu en train de chantonner un tube d’ABBA ou des Bee Gees.




Eight ✶ PRIS

Edmund Goldsmith, 17 ans, ANGLAIS; 1m79, cheveux bruns éternellement en pagaille, yeux bruns;
Hanamura Yousuke– Persona 4;


Frère cadet de Seven, Eight est pourtant bien différent de son aîné. Toujours jovial et plein d’énergie, le jeune homme prend la vie au jour le jour, et est avant tout sur Alias pour le simple plaisir de jouer (son dynamisme et son sens de l’aventure couplés à une maladresse à toute épreuve ont d’ailleurs souvent tendance à le jeter dans les situations les plus embarrassantes). Amical, et loyal comme un chien une fois cette amitié offerte, le jeune homme a cependant un, et pas des moindres, défauts : il tient absolument à se mêler de tout. Ainsi, le premier venu qu’il aura l’occasion d’aborder se verra entiché d’un véritable pot de colle qui l’assaillira de questions jusqu’à connaître ce que sa grand-mère prend au petit déjeuner, lui diagnostiquera un traumatisme d’enfance qu’il ne pourra soigner sans sa super-thérapie-qui-déchire, et tiendra ab-so-lu-ment à l’escorter jusqu’à tel ou tel endroit, le tout à grand coups de rires gras et de grandes tapes dans le dos … et ce ne sera pas l’hostilité qui suffira à le faire dégager, bien au contraire. Car Eight est aussi particulièrement doué afin de relier le moindre trait de caractère de ses compagnons à un traumatisme lointain et caché, dont ils ne se souviennent plus, donc pas la peine de le nier : ainsi tout ceux croisant sa route se verront vite affublé d’une peur du monde réel due à un père absentéiste et alcoolique ou encore à la mort de leur chat, le tout doublé d’un complexe d’Œdipe non abouti … bref, Eight est doué pour se faire des films. Une imagination débordante et une curiosité insatiable en somme, doublée d’un désir d’aider son prochain … quelque peu poussé à l’extrême : ainsi le jeune homme essaie notamment de faire passer une pétition pour que les programmateurs offrent une guitare électrique au lieu d’un ukulélé à Darwin, ou de pousser de force Seven – qu’il tient absolument à caser – dans les bras du premier membre féminin venu. Seven, avec qui il entretient d’ailleurs un lien étrange, construit autour de parties de console et d’échange de disques (ils ont d’ailleurs composé une chorégraphie sur Staying Alive, mais Seven niera tout en bloc), tandis qu’ils ont décidé de se lancer à l’aventure ensemble, même s’ils y suivent depuis des chemins différents … selon Seven, en tout cas.




B0ss ✶ LIBRE

Aaron Hansen, 14 ans, NORVEGIEN; 1m71, cheveux blancs, yeux rouges;
Soul Eater Evans– Soul Eater;


Comme l’indique son pseudo, B0ss est doté d’un immense complexe de supériorité. Se croyant meilleur que tout le monde, et cela dans tous les domaines, le garçon n’hésite pas à clamer haut et fort l’excellence de son être, et à tenter de le montrer de toute les manières possibles. Ainsi, avec Aaron, tout devient prétexte à compétition, de celui qui pissera le plus loin, au premier qui arrivera à tel ou tel endroit, ceux refusant d’entrer dans son jeu étant évidemment des mauviettes faisant dans leur froc à l’idée de perdre. Grand fan’ de ‘shoot them all’ et d’autres jeux consistant à taper sur tout ce qui bouge, B0ss est persuadé que sa mission à Alias consiste à buter le moindre monstre qui pointerait le bout de son nez, d’où sa propension à courir d’un lieu à l’autre en râlant contre ces trouillards n’osant se montrer … tempérament belliqueux qui ne manque généralement de lui apporter un bon lot d’ennuis, et de pâtées magistrales. Et pourtant le jeune homme n’abandonne pas, s’obstinant dans une mauvaise foi sans bornes, oui il est le meilleur et leur défoncera tous la figure à grands coups de tout ce qui aurait l’honneur de lui tomber sous la main, gagnera le prix si rapidement que tout le monde en restera bouche bée, et ainsi de suite. Particulièrement mauvais perdant celui-ci est particulièrement doué afin de trouver les excuses les plus bidons du monde pour d’expliquer ses (fausses, évidemment qu’il a fait exprès) défaites, ponctuant le tout de grands récits épiques de ses soi-disant autres exploits, que les autres, cette bande de jaloux, n’ont eu la chance de pouvoir voir. Une immaturité et un caractère de fanfaron à toute épreuve en somme, qui lui vaudront souvent les foudres ou le scepticisme général.

+ Il ne s’intéresse guère aux filles de son âge, ces pleurnicheuses et casse-pied de première, et ne peut supporter Princesse, cette « pisseuse osant se croire meilleure que tout le monde », mais voue une vénération sans bornes pour les fortes poitrines (pour lesquelles il n’a pas vraiment le regard dans la poche).





Wallace ✶ RÉSERVÉ

Wallace Adamson, 28 ans, ANGLAIS; 1m85, cheveux noirs; yeux bruns;
Kurogane – Tsubasa Reservoir Chronicle;


Wallace est un éternel pragmatique, et surtout … un immense râleur. Ainsi, ce prof de sport n’aime ni les vieux, ces déchets de la société, tout juste bons à pourrir dans les hospices, ni les jeunes, une génération poubelle, ne pensant qu’au sexe et à la drogue et abrutie par les nouvelles technologies qui foisonnent, ni le ciel bleu qui lui irrite les yeux, ni la pluie qui mouille, ni le bruit qui l’agace ou le silence qui l’ennuie … bref, Wallace n’aime rien ni personne et ne s’en cache pas. Une éternelle grimace au coin des lèvres, ce misanthrope et solitaire affirmé ne se gêne pas pour pester, grogner, et est généralement de compagnie peu appréciée. Extrêmement pessimiste, Wallace est aussi doublé d’un cynisme à toute épreuve : ainsi lorsque celui-ci n’est pas occupé à pester que le fait que le chemin est trop long, qu’il a mal aux pieds, qu’ils marchent de toute manière sûrement droit vers un précipice où ils mourront tous, celui-ci bassine son entourage de discours sur la nécrose de la société actuelle ou le manque de sens de l’existence, avant de conclure d’un très cliché alors qu’à mon épooooque … Sans aucun tact, celui-ci a aussi tendance à dire tout ce qui lui passe par la tête, critiquant le moindre manque de goût, trait de caractère, ou encore la moindre faiblesse de ceux qui auraient l’occasion de croiser sa route, et cela sans se soucier des conséquences. N’aimant pas se battre, il se détournera généralement de tout conflit en haussant les épaules d’un air blasé, de marbre face aux insultes comme aux provocations.

Et pourtant, Wallace a un secret honteux. Car malgré son aversion pour la jeunesse et pour les nouvelles technologies, l’adulte n’a pas pu s’empêcher, une terrible curiosité aidant, d’abandonner un jour ses éternelles soirées à ronchonner entre son plateau-télé et le journal télévisé, afin de se lancer à la découverte d’Alias … et a particulièrement apprécié l’aventure. Depuis, celui-ci joue régulièrement, prétendant n’être là que pour pouvoir mieux critiquer un système corrompu, mais au fond presque heureux de pouvoir ressentir de nouveau une pointe d’enthousiasme pour quelque chose.

+ Celui-ci ne peut supporter les personnes joyeuses, dont la joie de vivre l’agace au plus haut point.

+Ce célibataire endurci ne supporte par le contact humain, et repoussera toute tentative d’affection comme la peste … peut être pour cacher une certaine timidité envers les femmes.





Diva ✶ LIBRE
Edwin Nolasco; 19 ans; Nationalité: PORTORICAIN; 1m91 avec les talons, peau noire, cheveux roses et courts;
Tiger & Bunny – Nathan Seymour;

Diva est une personne pour le moins … excentrique. Celui-ci ne cache son côté grande folle, bien au contraire, l’affichant de manière exagérée, voire carrément grotesque. Ainsi, en plus de parler fort, d’utiliser des expressions particulièrement caricaturales telles que « mais c’est fabuleux ma chérie ! » et d’adopter une démarche des plus … suggestives, Diva voue un culte à son apparence, pouvant passer des heures à discuter de la couleur de son nouveau vernis ou à échanger des astuces brushing avec ses compagnes féminines intéressées. Le jeune homme est de plus une véritable pipelette, et raffole des ragots : attention à ne pas laisser traîner la moindre nouvelle croustillante dans son sillage ou celle-ci s’étendra comme une traînée de poudre ! Raffolant des histoires de cœurs il prend d’ailleurs à plaisir tout particulier à essayer de jouer les cupidons, et de rapprocher des jeunes gens qu’il trouve « merveiiiiiilleusement faits l’un pour l’autre » … souvent sans leur demander leur accord. Enfin, particulièrement débridé quant à sa sexualité (tout du moins en apparence), il n’hésite pas à aller faire des avances qui ne cachent guère leur intérêt à tout beau jeune homme qui pourrait se trouver sur son chemin.

Une attitude et un look qui contrastent bien avec le véritable Edwin : homosexuel refoulé, le jeune homme tente de cacher aux autres, et surtout à lui-même, l’attirance pour les hommes qu’il s’est découvert depuis sa jeunesse. Ainsi, même si celui-ci profite d’Alias afin d’adopter un look et une attitude lui permettant d’exprimer au grand jour de manière délibérément excentrique, un secret qu’il garde depuis des années, celui-ci a conservé un vernis d’homophobie qui contraste étrangement avec le tout, se moquant haut et fort de tout jeune homme un peu efféminé qui « ressemble à une tappette, la hon-teuh hihi » ou piquant des grandes colères, ponctués de « t’as cru quoi, je ne suis pas pédé ! » joyeusement vociférés, si une de ses proies a actuellement le malheur de répondre à ses avances.

Une attitude délibérément caricaturale en somme, mais seulement à moitié assumée, où se cache actuellement un certain mal-être face à son incapacité de s’accepter lui-même. Le jeune homme se clame d’ailleurs haut et fort métrosexuel, se lançant dans des grands discours sur les faits que les hommes ont le droit de prendre soin de leur apparence tout en étant parfaitement normaux hétéros, et prétend draguer d’autres jeunes hommes juste pour «Voir si ce ne sont pas des saloperies de tarlouzes». Même si au fond, il sait avec honte qu’il rêverait de connaître les joies des amours masculines.

+Malgré son parler très caricatural, celui-ci peut devenir particulièrement vulgaire lorsque l’on fait clairement référence à son homosexualité.






Ezéchiel ✶ LIBRE

Bartholomew Waddington, 16 ans, ANGLAIS; 1m69, cheveux bleus, yeux bleus, bandeau à l’oeil droit;
Ciel Phantomive – Kuroshitsuji;


Ezéchiel est le fils unique d’un couple d’aristocrates anglais, et cela se voit. Ainsi, cet enfant d’une mère rentière et d’un père PDG d’une entreprise très florissante a été élevé, depuis sa plus tendre enfance, dans l’optique de reprendre le flambeau familial un jour. Meilleures écoles privées, précepteurs pendant son temps libre, le jeune homme n’a guère eu le temps de se concentrer sur autres choses que ses études, ses cours de bonnes manières ou encore les soirées mondaines où ses parents l’affichent fièrement, et sait pertinemment qu’on n’attend de lui qu’une unique chose … la perfection. Une obsession que celui-ci a gardée dans le jeu, étant particulièrement dur envers lui-même à chaque faux pas, et s’évertuera jusqu’à épuisement – ou perte de tous ses points de vie- à surmonter ses moindres échecs. Froid et distant envers ses congénères, le gamin se montre de plus particulièrement hautain envers tous ces «prolétaires» qui l’entourent, et ne s’adressera à eux qu’à travers quelques paroles sarcastiques de son langage châtier, un peu étrange ou cocasse dans la bouche d’un gamin de son âge. Car, tout ce qui est d’un sang impur, ou en dessous de la perfection se doit d’être méprisé, comme son père lui a appris ; un mépris qu’il dirige aussi envers les gens insouciants, ces « faibles âmes qui ne pensent qu’à s’amuser » et « finiront leurs jours à s’accoupler sous les ponts ». Car selon Ezéchiel tout est compétition, tout est prétexte à mettre en œuvre cette Perfection qu’il a été entraîné à atteindre, et cela à tous les niveaux, car c’est actuellement le père de l’enfant qui a autorisé celui-ci à s’aventurer dans Alias, afin de rafler le prix et de s’en attirer l’honneur. Une mission qu’il prend particulièrement à cœur, surtout sachant qu’aucun échec ne lui sera pardonné.

Cependant derrière cette façade complètement renfermée, se cache un gamin perdu, tant à la recherche de la fierté et de l’admiration de ses parents, qu’il s’en est perdu lui-même. Un gamin ne connaissant pas l’affection, qu’il considère de toute manière comme superflue … mais dont il cache le besoin sous sa carapace hautaine et agressive.

+Les raisons de sa présence sur le jeu restent inconnues pour la plupart. Certains murmurent qu’il est un espion du gouvernent, d’autres qu’il s’agit du fils du créateur du jeu, et autres théories farfelues que le gamin ne démentira que d’un haussement d’épaules.

+Etant doté d’un prénom à coucher dehors il refuse obstinément de révéler celui-ci, si on lui demande.





Blanche ✶ RESERVE

Abel Beaupain, 16 ans, FRANÇAIS; 1m65, cheveux violets, yeux bruns, oreilles et queue de chat;
Aoyagi Ritsuka – Loveless;


Blanche pourrait être comparé à un chaton farouche. Ainsi, le jeune homme souffre d’une timidité maladive, qui le pousse à se figer en rougissant, à se cacher derrière le premier élément du décor venu, ou tout simplement à s’enfuir en couinant dès qu’un inconnu tente de l’approcher. Habitué à se réfugier dans ses jeux vidéo afin de fuir un monde un monde qu’il ne comprend pas, le garçon est particulièrement effrayé par le contact humain et a tendance à fuir celui-ci comme la peste, mais ne méprise pas ses congénères … bien au contraire. Car malgré son côté solitaire, Blanche voue une grande admiration à ses camarades, vivant dans la peur de ne pas être à leur hauteur ou de ne pas être apprécié par ceux-ci, et cache derrière son apparence craintive et farouche, une facette plus sensible, à la recherche d’affection et d’attention … tel un petit animal ne demandant qu’à être apprivoisé.

Autrefois moqué à maintes reprises pour son allure féminine et sa silhouette frêle – celui-ci adore d’ailleurs les accessoires féminins ou fluffy et posera de grands yeux admiratifs sur tous les costumes féminins qu’il lui sera donné de voir- le petit a rapidement préféré se tourner vers ses mondes virtuels, jusqu’à devenir un gamer acharné, habitude qui lui confère une bonne capacité de réflexion et d’analyse lui étant particulièrement utile dans Alias … mais l’a déprivé de toutes capacités de socialisations. C’est donc un peu démuni et effrayé face au concept de réalité augmenté d’Alias, que Blanche a abandonné la sécurité de ses manettes et de ses consoles pour se lancer à l’aventure, peut-être dans l’espoir d’enfin gagner le moyen de vaincre sa timidité.

+Particulièrement trouillard, il est toujours sur ses gardes et a tendance à sursauter et à crier de peur au moindre mouvement.

+ Terriblement prude, le jeune homme ne peut entendre ou subir la moindre allusion sexuelle sans se boucher les oreilles, ou rougir violemment … chose particulièrement fréquente avec Norris dans les parages, qu’il fuit comme la peste, souvent en vain.






MAR-C0 ✶ LIBRE
Marc Velasquez; 24 ans; Nationalité: FRANCO-ESPAGNOL; 1m75, longue chevelure violette, yeux bleus, corpulence fine;
Gackupo Kamui – Vocaloid;

Au fond, Marco c’est un bel enfoiré.
Séducteur dans l’âme, le jeune homme a été doté d’un véritable physique d’Apollon qui, allié à son caractère gentleman et charmeur, a toujours su lui attirer les faveurs de ses compagnes féminines voire masculines ... ce dont il profite un peu trop. Car Marc est beau et le sait, tandis qu’il se plaît à user de son charme sur les autres afin de les attirer entre ses draps : paroles amicales ou tendres, sourires charmeurs, petites attentions romantiques, le jeune homme sait enchaîner tous les masques, se faisant bon copain, confident ou amant … jusqu’à ce que vienne le matin. Car non, Marc n’est pas un gars bien.

Alors lorsque vient le jour le jeune homme se faufile hors du lit, enfile ses vêtements au rythme de la respiration de celui ou celle (le jeune homme est bisexuel, et même si la plupart de ses « proies » sont féminines, il lui arrive de séduire des hommes s’il sent que ceux-ci sont intéressés) à qui il a su promettre le monde pour un soir, ferme doucement la porte, et disparaît sans plus donner de nouvelles. Car Marc se lasse, inlassablement. Refusant de s’engager, celui-ci préfère voguer de draps en draps, se disant que de toute manière, il y en aura toujours une autre prête à lui ouvrir les bras, et considère les autres comme de simples aventures à accumuler. Un goût de l’aventure et de la nouveauté qu’il se plaît à proclamer afin d’excuser son comportement, mais qui cache en réalité une certaine angoisse face à l’existence, comme une peur de s’ouvrir … et de s’engager.
Car au fond Marc est tout à fait conscient de ses tares et des peurs qu’il cache. C’est donc dégoûté par son propre comportement, qu’il ne peut cependant s’empêcher de répéter, qu’il s’est tourné vers Alias où il s’est lancé à l’aventure sous un avatar aux traits plus féminins, comme pour tenter de comprendre, de devenir tous ces cœurs qu’il a brisé. Alors Marc devient MAR-C0 un jeune homme frêle, un peu effacé et timide, un peu blasé aussi, recherchant à travers l’aventure de quoi se forger une conscience tranquille, mais qui souvent, dès qu’apparaît une belle femme, se retrouve avec cette lueur au coin du regard qui le pousse de nouveau vers celle-ci afin de lui donner l’impression qu’elle est celle qu’il a toujours attendue. Jusqu’à oubli et répétition.
Car au fond, Marco ne sera jamais un gars bien.

+A cause de son désir de devenir meilleur, il lui arrive de faire durer certaines de ses conquêtes amoureuses un peu plus longtemps sur Alias. Même si le jeune homme fini tout de même par rapidement se lasser et trouvera la première excuse afin de repartir seul de son côté.

+Il lui est déjà arrivé de croiser une de ces anciennes conquêtes en étant accompagné d’une autre, situation dans laquelle il laissera tout son caractère de lâche s’exprimer et s’enfuira tout simplement sans demander son compte.





Super ✶ LIBRE
Fergus Douglas; 13 ans; Nationalité: ECOSSAIS; 1m90, musculature developpée, cheveux blonds, yeux bleus;
Thor– Marvel;

Super c’est en apparence le beau blond de service, aux muscles dopés à gonflette virtuelle et au costume chevaleresque, à l’allure sortie d’un autre temps. Apparences bien trompeuses car derrière cette facette Super est en réalité … un véritable mioche. Littéralement. Ainsi, derrière l’avatar se cache le petit Fergus, un gamin voulant devenir « Un grand, un vrai, tout de suite ! », tandis qu’il s’est lancé à l’aventure sous l’apparence « d’un grand monsieur trop cool ». Masque qui tombe cependant vite car, cinquante centimètres et quelques tours de bras de plus au compteur ou non, l’énergie de Fergus reste toute entière consacrée à une même ou unique chose : vous enquiquiner.

Doté d’un caractère particulièrement espiègle, le gamin se plaira donc à se jeter sur le premier venu à grand coups de « Tu veux bien être mon ami monsiiiiiiieur », prenant ensuite grand plaisir à harceler sa victime son compagnon de babillages enfantins et enjoués quant à la formidable aventure qu’ils vivent, au marteau qu’il a trouvé, aux monstres qu’il va aller vaincre « d’un coup bim bam boum je suis grand moi ! » et tout autre sujet qu’il lui plaira d’étaler, pour un résultat qui ne manquera de provoquer la surprise, l’amusement, mais surtout l’agacement.
Car derrière cet ensemble des plus déroutants se cache aussi un des plus grands défauts de Fergus : celui-ci a désespérément besoin d’attention. Ainsi, celui-ci tiendra à tout prix à se rendre utile aux autres … quitte à influencer un peu la situation en sa faveur. Oh quelqu’un a caché votre équipement ? Zut alors, heureusement qu’il est là pour vous aider à le retrouver ! Oh quelqu’un a mis en colère cette vilaine ruche dont les habitantes foncent soudainement sur vous ? Pas de panique, super Super est là ! Bref, autant dire que Super est bien plus doué pour créer la pagaille que pour la résoudre, pour des résultats souvent bien … catastrophiques.

Particulièrement immature, Super se fait donc remarquer pour ses actions inconséquentes : surprenant oui, de voir une baraque à muscle sautiller de joie devant le bâton rigolo puis tenter de vous défier dans un épique combat à l’épée, avant de fondre en larme parce que dans son enthousiasme celui-ci s’est pris les pieds dans une racine. Une attitude qu’il lui semble pourtant tout à fait normale, tout comme son côté farceur, tandis que celui-ci ne semble montrer aucune culpabilité face aux remontrances, aux insultes ou aux signes d’agacements. Oui Super est un mioche, un vrai.

+Particulièrement farceur et joueur il est aussi toujours à la recherche de la bonne blague afin d’enquiquin- pardon, d’amuser ses compagnons.

+Incapable de retenir les noms ou les pseudos, il passe son temps à donner des surnoms débiles aux autres.





Blue ✶ LIBRE
Timothy Tylney ; 33 ans; Nationalité: ANGLAISE; 1m75, cheveux bleus, yeux bleus;
Kaito – Vocaloid;


Le moins que l’on puisse dire de Blue, c’est que c’est un brave petit gars. Ainsi, le jeune homme est caractérisé par sa simplicité d’esprit et sa naïveté … chose ayant souvent tendance à lui jouer des tours. Car il est particulièrement simple d’abuser de la gentillesse du jeune homme, souvent à son grand désavantage : vous avez perdu votre arme et souhaitez empruntez la sienne avant de partir discrètement ? Aucun problème, vous avez juste oublié de la lui rendre! Il vous demande votre chemin, tandis que vous lui indiquez celui allant vers des sables mouvants sans sourciller ? Il vous saluera tout sourire lorsque vous vous recroiserez à Spanwood ! Bref, Blue est un peu benêt, prêt à avaler toutes les excuses, et à pardonner toutes les dérives, ce qui couplé à un sens de la logique et du raisonnement plutôt primaire en font une proie des plus faciles.

Mais ne vous fiez pas aux apparences, car derrière ces apparences pleines de bons sentiments se cache Timothy Tylney, un aristocrate de bonne famille, jouant à Alias afin d’échapper à la pression d’un monde qu’il soupçonne de graviter autour de lui uniquement pour son prestige et son argent : ainsi, lorsque Timothy enfile sa combinaison, il devient Blue, incarnation de sa vision aristocratique et un brin hautaine du prolétarien de base, comme pour devenir l’espace d’un instant le plus parfait des anonymes, enfin appréciable à sa juste valeur. Désir qui, couplé à des clichés quant à un monde qu’il ne connait guère, ayant d’ailleurs souvent tendance à le mettre dans des situations cocasses : surprise non feinte lorsque lançant son sac à quelqu’un pour qu’on lui porte celui-ci se le reprend en pleine figure, lorsque aucune limousine n’est avancée afin de les conduire de l’autre côté de la plaine ou qu’aucun couteau en argent n’est disponible afin de dépecer son sanglier, bref Blue a souvent tendance à oublier son rôle, se retrouvant à critiquer des lieux bien mal aménagés pour une personne de son rang ou à prendre de haut le petit peuple l’entourant, avant de se souvenir de son rôle et de trouver une excuse en bafouillant.

Gare cependant, car cette carapace ne lui sert pas uniquement à faire oublier son statut : ainsi, malgré ses attitudes de benêt du village, Blue est actuellement très observateur et se sert de son rôle afin de diminuer la méfiance à son égard et d’observer minutieusement et patiemment ses ennemis (généralement composés des nombreuses aventures de [K]) afin de repérer la moindre faille à exploiter par la suite. Une attitude qui, doublée d’un fort sens du sarcasme ; qu’il est capable de sortir tout sourire et en restant dans son rôle, comme s’il débitait cela le plus naïvement du monde ; fait de lui un adversaire aussi surprenant que redoutable. Après tout, Timothy est doté d’un fort sens de la compétition, et se considère bien au-dessus des autres, ce qu’il compte bien le prouver en raflant le trésor d’Alias.

Cependant, Timothy a bel et bien une faiblesse particulièrement importante : son amour fou envers [K], pour qui il a eu le coup foudre, et avec qui il abandonne totalement son masque d’idiot du village pour partager des instants passionnés dès que celle-ci accepte de revenir vers lui. Une liaison qui l’emplit de culpabilité envers sa femme Candice, qu’il considère comme l’épouse parfaite et pour qui il éprouve beaucoup d’affections malgré leurs rapports ménagers plutôt distants, mais à laquelle il ne peut s’empêcher de s’accrocher, fasciné par cette mystérieuse femme qu’est [K], qui refuse de lui dire quoi que ce soit sur son identité réelle. Sans que jamais ne puisse lui venir à l’idée qu’ils se trompent actuellement l’un avec l’autre.
+Il est particulièrement jaloux et va régulièrement copiner avec les amants de [K] afin de plus ou moins discrètement leur mettre des bâtons dans les roues.

+Il n’ose pas non plus révéler son identité, de peur que sa femme apprenne son adultère et en ai (selon lui) le cœur brisé.




No ✶ LIBRE
Charlie Woods; 18 ans; Nationalité : CANADIEN; 1m85, longs cheveux noirs, yeux bleus;
Yu Kanda –D.Gray-Man ;

No c’est un parano, un vrai. Ne jurant que par la théorie du complot, celui-ci est persuadé qu’Alias est une gigantesque farce du gouvernement, lorsqu’il n’est pas occupé à clamer de toutes part qu’il s’agit d’un plan des aliens pour prendre le contrôle de leurs esprits, de de terroristes désirant profiter du fait que leurs esprits soient ailleurs afin de prendre leurs corps en otage, ou toute autre idée farfelue qu’il lui sera possible d’imaginer. C’est donc afin de découvrir ce qui se trame réellement derrière Alias et mettre en garde les autres que ce jeune geek s’est lancé à l’aventure … en tout cas selon ce que celui-ci clame, avec une certaine dose de mauvaise foi. Car pour ce jeune homme timide et coincé, et surtout trop effrayé du monde extérieur pour mettre un pied dehors (ou du moins sans se mettre à hurler à l’alerte terroriste ou se jeter dans la première pharmacie persuadé qu’il a attrapé la grippe-insérer-le-nom-du-moment) Alias est aussi l’occasion de sortir de ses communautés geeks et jeux en ligne habituels et de pimenter un peu son quotidien. Ce qui, pour quelqu’un détestant le changement et paniquant au moindre détail inhabituel n’est cependant pas la plus aisée des choses.

Car No c’est aussi un casse-pied, un vrai. Malgré l’avatar que celui-ci s’est créé, afin de se donner un air plus imposant, celui-ci ne tarde jamais vite à briser les apparences en harcelant le premier venu de questions quant à son identité, les raisons de sa présence sur Alias, avant de conclure le tout par un « Crache le morceau terroriste, cracheuh !! » sans même prendre en compte les réactions de son interlocuteur, passera son temps à scruter les environs en tous sens et à hurler au loup/à l’attentat/ à l’attaque au moindre mouvement, lorsqu’il n’est pas occupé à avancer dos collé aux murs, chose cependant bien difficile à effectuer en pleine nature. Ne faisant confiance à personne il préfère d’ailleurs évoluer en solitaire … mais recherchera paradoxalement sans cesse la compagnie des autres, soi-disant pour mieux surveiller leurs agissements suspicieux. Car au fond, No en a un peu marre d’avoir peur de tout et aimerait bien apprendre à vous connaître un peu. Et le montrera de manière décidément bien maladroite.

+Très timide en réalité avec les filles, qu’il considère comme des créatures distantes et étranges, il profite d’Alias pour pouvoir les harceler particulièrement. Facteur séduction garanti.

+Malgré sa paranoïa il trouve Alias bien plus rassurant que le monde réel, après tout pas de germes, sensations de douleur atténuées (ce qui est bien pratique pour cette véritable chochotte) et ainsi de suite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

MÂLES (9/11)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRE∆MCHASERS :: PARAMÈTRES PERSONNELS :: the good, the bad & the ugly :: you're the one that i want-